Par: Brett Olsen – Nicholas J. Elward

Ces derniers temps, on a beaucoup entendu dire que la volatilité sur le marché boursier frôlait des creux historiques. L’indice de volatilité du Chicago Board Options Exchange® (ou VIX1), qui mesure la volatilité implicite ou future, se situait aux alentours de 11, au 24 octobre 2017. Dans le passé, cet indice s’est habituellement établi plus près de 20, en moyenne. Au cours des 20 dernières années, la volatilité n’a été aussi faible que lors d’une seule période, soit de 2004 à 2006. Cette période était caractérisée par une expansion de l’économie et par la robustesse du marché boursier, car l’économie tournait le dos à l’éclatement de la bulle techno, qui s’est produit entre 2000 et 2003. Cette période de calme a pris fin dans un contexte de volatilité extraordinairement élevée, au début de la grande récession de 2008.

Divers facteurs pourraient provoquer une hausse de l’indice VIX dans les prochains mois; selon nous, il pourrait doubler par rapport au niveau actuel. Voici quatre de ces facteurs :

1) Tumulte géopolitique – Les analystes des marchés restent préoccupés par la Corée du Nord, la Russie, le Venezuela et divers pays du Moyen-Orient, notamment la Turquie, l’Iran, l’Arabie saoudite, la Syrie et l’Irak. Selon ce que décideront de faire une poignée de dirigeants politiques dans leur pays, leur région ou au-delà, nous pourrions devoir composer avec l’intensification des perturbations dans le monde, laquelle pourrait provoquer l’accroissement de la volatilité sur les marchés boursiers mondiaux. Outre les mesures adoptées par les dirigeants politiques, la menace terroriste demeure imprévisible et pourrait contribuer à accroître la volatilité.

2) Instabilité dans le paysage politique américain – Dans la foulée de l’élection de Donald Trump en novembre 2016, les marchés boursiers ont continué d’enregistrer de solides rendements tout au long de 2017. L’administration Trump a promis de mettre en place des politiques favorables aux investisseurs, notamment une réforme fiscale et l’allègement de la réglementation. On attend aussi un accroissement des dépenses d’infrastructures, qui pourrait contribuer à l’accélération de l’activité économique et de l’emploi aux États-Unis. Toutefois, malgré ces attentes, l’adoption de ces projets de loi a été contrecarrée par de nombreuses distractions, notamment l’enquête en cours sur les liens de l’équipe de campagne de Trump avec la Russie et les mésententes persistantes avec et parmi les législateurs des deux partis. Ces distractions sont susceptibles d’accentuer le mécontentement des chefs d’entreprise et des électeurs. La loi sur la réforme fiscale et de possibles modifications à la loi sur la santé continuent de susciter de vifs débats. Par ailleurs, il reste possible que les enquêtes sur l’administration Trump provoquent d’importants changements à la tête du pouvoir exécutif. La dynamique politique actuelle pourrait vite provoquer l’accroissement des turbulences sur les marchés.

3) Approche de la fin du cycle économique aux États-Unis – L’expansion économique en cours au pays de l’Oncle Sam dure depuis huit ans, ce qui en fait l’une des plus longues jamais enregistrées. Selon les données historiques, la durée moyenne de la plupart des cycles économiques est d’environ six ans. Compte tenu de la durée de l’expansion actuelle, une correction durable du marché pourrait se produire, qui pourrait avoir pour effet d’accroître la volatilité sur le marché boursier.

4) Retrait des politiques monétaires conciliantes des banques centrales – Aux États-Unis et dans de nombreux pays d’Europe, les taux d’intérêt diminuent ou sont très peu élevés depuis près de 10 ans. Ces conditions de crédit favorables aux entreprises pourraient toutefois prendre fin aux États-Unis, et bientôt aussi en Europe, selon nous, car les taux d’intérêt devraient monter. En outre, la Réserve fédérale américaine devrait amorcer le retrait graduel de son programme d’achat d’obligations plus tard cette année; ce programme a contribué à maintenir les taux à de faibles niveaux. La fin du programme d’assouplissement quantitatif 2 de la Fed éliminera un élément de stabilisation artificiel de l’économie. Cette situation pourrait accroître la probabilité d’une intensification de la volatilité sur le marché boursier dans un avenir rapproché.

Préparatifs en vue de ce qui nous attend

Compte tenu des risques susceptibles d’accroître la volatilité, nous croyons fermement que l’indice VIX pourrait atteindre deux fois son niveau actuel d’ici un an. Il ne s’agit évidemment que d’une prévision, fondée sur les risques susmentionnés et sur le fait que la volatilité frôle actuellement des creux historiques. Néanmoins, nous croyons qu’il va de soi que le marché observera un retour à la moyenne et que l’indice VIX remontera avant longtemps au-dessus de la barre des 20 points.

Pour se préparer à l’intensification de la volatilité, les investisseurs devraient soigneusement examiner leur portefeuille pour connaître les risques qu’ils prennent. Une gamme de stratégies de placement, notamment des stratégies misant sur une réduction de la volatilité, est offerte aux investisseurs qui cherchent à atténuer le risque et à accroître la diversification au sein de leur portefeuille.

Consultez notre page sur les plus récents points de vue pour une analyse plus poussée de la conjoncture des marchés.

 

1 L’indice de volatilité du CBOE (VIX) mesure la volatilité implicite de l’indice S&P 500MD. Exprimé en points de pourcentage, l’indice VIX représente la variation prévue de l’indice S&P 500 au cours de la prochaine année. Par exemple, un indice VIX de 15 correspond à une variation annuelle inférieure à 15 % de l’indice S&P 500, à la hausse ou à la baisse.

2 L’assouplissement quantitatif est une politique monétaire non traditionnelle dans le cadre de laquelle une banque centrale achète des titres d’État ou d’autres titres sur le marché pour faire baisser les taux d’intérêt et accroître la masse monétaire.

Les techniques de gestion de la volatilité peuvent conduire à des périodes de perte et des rendements inférieurs, en plus de restreindre la capacité d’un fonds à participer à des marchés haussiers, et risquent d’augmenter les coûts de transaction.

La diversification ne garantit aucunement la réalisation d’un profit ni ne constitue une protection contre les pertes.

Tous les placements comportent des risques, y compris un risque de perte.

Le présent document est fourni à titre informatif seulement et ne doit pas être considéré comme des conseils en matière de placement. Les points de vue et opinions exprimés plus haut peuvent changer en fonction des conditions du marché et d’autres facteurs. Rien ne garantit que les événements se dérouleront conformément à ce qui était prévu.